La Plaisanterie

« Oui, j’y voyais clair soudain : la plupart des gens s’adonnent au mirage d’une double croyance : ils croient à la pérennité de la mémoire (des hommes, des choses, des actes, des nations) et à la possibilité de réparer (des actes, des erreurs, des péchés, des torts). L’une est aussi fausse que l’autre. La vérité se situe juste à l’opposé : tout sera oublié et rien ne sera réparé. Le rôle de la réparation (et par la vengeance et par le pardon) sera tenu par l’oubli. Personne ne réparera les torts commis, mais tous les torts seront oubliés. »

Un commentaire dans “La Plaisanterie

  1. Caroline |28 Juin 2006

    J’ai réellement apprécié ce livre. Je ne voulais pas me lancer dans la découverte de Kundera en lisant comme TOUT LE MONDE me le conseillait son best seller l’insoutenable légèreté de l’être, malgré son titre envoûtant… J’ai donc choisi par pure esprit de contradiction, un peu au hasard, son premier livre, CE livre. Un bon moment de lecture. Parfois ils sont si rares. Donc si vous voulez vous plongez dans un livre, comme vous ne l’avez pas fait depuis longtemps, entièrement, pour en revenir tout plein d’impression et de nouvelles réflexions… Allez chez votre bouquiniste et choississez La Plaisanterie. Un petit livre sans prétention d’un auteur qui perce à peine Bonne lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *