Guestbook

50 commentaires dans “Guestbook

  1. Beaumeleze |8 Déc 2008

    en quoi le kitsch acoustique est il kitch, y a-t-il une réduction de la pluralité en réalité unidimensionnelle dans la musique actuelle et le tintamarre de la rue? moi j’y perçois plutôt le contraire, je comprends la notion de kitsch historique, sentimental, mais le kitsch acoustique me dépasse…

  2. Firas |17 Août 2008

    A Ishawana… Merci pour votre mot. J’avais en effet prévu de rajouter une page dédiée au Rideau ainsi qu’un petit commentaire mais n’en avais pas eu le temps jusqu’à présent. C’est chose faite.
    Merci pr vos commentaires.

  3. Ishawana |1 Août 2008

    Un tès grand merci pour une étude aussi intéressante et bien construite-bien écrite. Une mise à jour me comblerait. Le rideau, la dernière (?) oeuvre de Kundera est très peu cité sur le web et lui consacrer un peu de votre réflexion ne ferait pas que mon seul bonheur. Et puis, peut-être, quelques lignes mises à jour très régulièrement sur son actualité, fût-elle banale…

  4. Ardian |20 Avr 2008

    C’est un essai réellement intéressant, très agréable à consulter. Chapeau à l’auteur, merci.

  5. Nikita Pendyurin |20 Jan 2008

    J’ai beaucoup aimé la nouvelle « Le jeu de l’auto-stop » aussi. On a des projets d’adapter a l’ecran cette nouvelle.
    Comment est-ce qu’on peut contacter M. Kundera (ou son agent) pour acquerir ses droits d’auteur sur cette nouvelle?
    Merci en avance.

  6. Tikawe |14 Jan 2008

    C’est vraiment un plaisir de lire les pages de votre site même pour quelqu’un qui ne connait pas grand chose sur la littérature et ses « savoirs ». Désolé si je ne pourrais apporter un plus, mais sachez que j’ai beaucoup appris de votre site si intéressant.
    Merci

  7. Luan Canaj |15 Juin 2007

    Figurez-vous! Très peu de réflexion ou d’effort d’évocation de notre part, nous suffirait largement pour entrevoir dans  »L’Ignorance » beaucoup de ressemblance dans nos destins, dans notre vécu, passé ou présent, si semblable à celui d’Irena à Paris ou de Josef à Copenhague. Kundra semble vouloir nous rappeler, en tant que lecteurs, qu’on est tous, un peu comme Ulysse et que nul retour n’est pleinement possible quand l’exil s’instaure…En fait, dans L’Ignorance, l’Odyssée moderne des personnages de Kundera, la mythologie grecque et l’Histoire contemporaine semblent s’enchevêtrer harmonieusement, pour mieux déployer la profondeur tragique de l’exil dans toute sa complexité douloureuse.
    Après Virgile, Dante, Goethe, Joyce, Giono et tant d’autres, les métamorphoses du mythe se perpétuent à l’infini.
    Kundera s’empare ainsi d’Ulysse pour dire la nostalgie et la souffrance de l’exil contemporain. Il confronte ici le célèbre personnage d’Homère aux tourments de la modernité, lui donnant de nouveaux visages au point de faire d’Ulysse un héros tellement considérable qu’il éclipse parfois le vieil Homère lui-même. Voyageur malgré lui (les protagonistes du roman de Kundera aussi), il vit l’expérience de toutes les limites, revenant de loin pour nous rappeler qu’il est le premier à avoir fait le tour de la condition humaine.

  8. Marina |8 Mar 2007

    Quelques passages du livre étaient un peu difficiles à comprendre vu que je suis en 3ème mais j’ai quand même trouvé ce livre très bien.
    J’ai beaucoup aimé la nouvelle du jeu de l’auto-stop.

  9. Pit |21 Fév 2007

    Aprecio mucho un sitio dedicado a un escritor tan notable. Creo que la falta de fuerza en sus ultimas novelas, da para un buen debate, Kundera lo novelaria. Posiblemente la caida del comunismo, el fin de Checoslovaquia, dejan a Kundera naufragando en La identidad. Quien es Kundera cuando los Molinos de viento se esfuman? Puede un Quijote tener la mima fuerza sin estos elementos?
    Cariños a todos.
    Pit Argentina Mar del Plata

  10. Azzopardi |9 Jan 2007

    tres bien fait et tres intelligent. je prepare des cours sur Kundera et je trouve votre site très riche de réflexion.

  11. Manka Pánková |11 Nov 2006

    Je ne veux qu’être reconnaissante que son amour pour sa patrie est contagieuse… quoiqu’il puisse être passé.
    Merci pour ce site

  12. Manu |4 Nov 2006

    Face à ce site, je me situe dans une certaine ambivalence : d’une part, le plaisir indéniable de voir l’oeuvre de Kundera abordée intelligemment sur le net (enfin!), d’autre part le sentiment qu’avec ses romans, essais et les éclairages (avalisés) de François Ricard, toute nouvelle littérature sur l’oeuvre de Kundera est superflue. Et ce sentiment se fait d’autant plus entendre quand je vois avec quelle univocité, l’auteur du site démonte, sans argumentation solide, les trois derniers romans de Milan Kundera. Je sais que c’est un lieu commun, qu’il est de bon ton de critiquer ces trois oeuvres et je sais aussi qu’il y a un courant tout aussi univoque et dépourvu de nuances pour affirmer juste le contraire. Peut-être est-ce dommage d’avoir fait ce mémoire uniquement sur la période tchèque…

  13. Claire |3 Oct 2006

    J’ai justement donné un coup d’oeil sur ce site et je n’ai pas encore fini la lecture. Je suis une des traductrices de Kundera(la vie est ailleurs) et pour le moment, je fais une recherche sur l’auteur et ses oeuvres. J’aimerais bien avoir les échanges avec vous.

    Cordialement

  14. Dominika |1 Sep 2006

    J’aime bien cette phrase: «Je ne suis pas un écrivain de l’Est. Prague n’est pas à l’Est. C’est le centre même de l’Europe. » Exactement – comme Varsovie. J’adore Milan Kundera, mais spécialement pour les livres écrites en Czechoslovakia. Ils sont uniques, ils sont d’ici. Merci pour ce site.

  15. Maggy |31 Juil 2006

    Merci pour ce site sur Milan Kundera ! et cet essai très bien écrit!
    Au moment où je faisais moi aussi mon mémoire de maitrise (en 2002) sur l’oeuvre de Kundera, il était quasiment absent du web ! donc bravo, j’ai parcouru rapidement ce que tu as écris, pas trop le temps je suis au taf (bien moins interressant d’ailleurs qu’une recherche sur Kundera…) et je me remémore avec nostalgie cette année de recherche … quand je vois une phrase qui me HERISSE (dsl pour les maj. !)…

    Je suis juste étonnée que toi qui a su percevoir les thèmes fondateurs de la poétique de Kundera, tu écrives :  » ses derniers romans rédigés en français sont autant de déceptions et montrent d’une manière générale que le génie d’un écrivain est intimement lié à sa langue. » !

    La première objection que je ferai est que tous les livres de la periode Tchèques ont été re-traduit par l’auteur et sont considérés comme écrits en langue francaise ! (c’est l’objet de l’un des essais justement, de mémoire, les Testaments Trahis (?)). Je suis quasiment certaine qu’il s’est exprimé sur la question de la langue française dans ses romans, et que c’est une langue qui lui permet de s’exprimer comme il le souhaite! Tout ca pour dire que le génie que tu accordes à Kundera, est sans conteste lié à sa connaissance de la langue française et de son habileté à jouer avec les mots !

    La seconde objection que je donnerai est plus personnelle, effectivement les derniers romans de Kundera sont sensiblement différents, je les trouve de plus en plus épuré presqu’abstrait (comme Monet qui à la fin choisit l’abstraction pour livrer sa vision du monde !), pour moi, c’est comme si après une quinzaine de romans et d’essais, il n’avait plus besoin de s’expliquer, et qu’il ne ménageait plus ses lecteurs il est beaucoup moins didactique ! tous les thèmes sont présents: le questionnement sur l’identité, l’exil, le kitsch, tout est là encore et encore, variations toujours différentes sur les mêmes thèmes!

    Bref, je te trouve juste un peu dur avec ses romans plus exigeant parce que plus subtile !

    mais merci encore pour ce site !

    bye

    Maggy

  16. Ducloy |8 Avr 2006

    Quelle joie ! Enfin!!
    Voici plusieurs mois, voire plusieurs années que je n’avais pas consulté un moteur de recherche pour trouver un site français sur Kundéra… Résolu à constater qu’il n’y avait rien d’inétressant sur lui… Et ce soir, par hasard et par miroacle, je me décide à jeter un coup d’oeil au cas où…

    Merci pour ce site…

    Milan Kunderé (avec la pmodeste connaissance littéraire que j’ai) est le plus grand. de toutles temps.
    Je le vénère.
    Merci pour ce site. Merci pour lui.

  17. Stella |18 Fév 2006

    Bonjour,

    Juste félicitation pour ce site dédié à Kundera, il est clair, bien rédigé et il temoigne de tout l’intérêt que l’on peut porter à l’écrivain : des livres qui boulversent autant qu’ils nous font réfléchir…

    ** bisous **

  18. Firas |15 Fév 2006

    pour caroline:
    les gens parlent moins de la Vie est ailleurs parce que, probablement, c’est le plus initiatique et le plus complexe des romans de Kundera: on y parle d’adolescence, de poésie, de rapports maternels, de rêves loufoques. Tout y est en apparence plus banal, plus ‘gentil’, les personnages sont moins clinquants que dans l’Insoutenable, moins torturés que dans le Livre du Rire, moins frivoles que dans Risibles amours… mais à y penser, ils sont troublants par leur authenticité et leur questionnement existentiel. Bref, je vous rejoins sur le fait qu’il s’agit d’un des plus beaux romans de Kundera (même si je n’irai pas jusqu’a dire que c’est LE plus beau) et il mérite sa place dans le palmarès (place qu’il a d’ailleurs si vous regardez les sondages).

  19. Caroline |15 Fév 2006

    Bonjour,

    Personne ne parle de la vie est ailleurs, qui pour moi, est le meilleur….car le plus complet, le plus représentatif du talent de kundera…j’aimerais avoir des avis!
    merci
    caroline

  20. Nelly |31 Déc 2005

    Pour un auteur, le meilleur prix que peut recevoir est qu’ils les lisent, pour trouver un écho dans les lecteurs et si ceux-ci indiquent à eux j’a lu à vous, I qu’il a aimé, ce m’a aidé, ce qui un merveilleux. Je voudrais le dire, à Kundera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *